jobjeudi dit

C'est jeudi nous sommes

le dix septembre

aujourd'hui c'est moi Jobjeudi

qui va vous donner les nouvelles

que vous dire:

hier nous avons eu très froid

il a fait 15,3 et 16,8

et avant hier 14,6 et 31,7

comment je sais ça c'est Tad Coz qui me l'a dit

il sait tout Tad Coz

et en plus il marque sur son carnet

c'est un rituel tous les soirs

il marque la température de la journée

et la dose de pluie

du sérieux tout ça

c'est moi qui vous le dis

 

et les bleus ils ont fait quoi ?

il y a Polvendredi qui est parti

en Serbie pour soutenir les Français

d'après les échos

le gardien français a été sorti carton rouge

c'est quoi l'arbitre italien

qui nous embête

si jamais ils ont perdu

je ne vous dis pas la tronche qu'il va encore tirer

par contre pendant qu'il n'est pas là

ça caquète dans tous les sens

elles en profitent

Casquette et Biscotte

comme ont dit

quand le chat n'est pas là

les souris dansent

là c'est les poules mais bon

c'est la même chose

finalement  les bleus ont fait match nul 

Polvendredi va être à moité content

ça aurait pu être pire 

 vu le debut du match

Abidal oui mais Ribéry non

« Tout est possible », a déclaré Raymond Domenech mardi soir, interrogé sur son onze de départ en Serbie (coup d'envoi 21h00). Une grande lessive comme la plus parfaite continuité. C'est vers cette deuxième solution que penchait le sélectionneur hier matin dans le huis clos de Clairefontaine. Comme le révèle L'Equipe dans son édition de mercredi, il est parti pour aligner à Belgrade la même équipe que face à la Roumanie (1-1), à une exception près, sans doute. Diminué par une douleur au quadriceps, Julien Escudé laisserait sa place en défense centrale à Eric Abidal. Offciellement, Escudé est seulement incertain et une décision serait prise dans la matinée.

Cela signifie que Franck Ribéry a encore été jugé trop juste pour débuter la rencontre. C'est encore Nicolas Anelka qui est attendu dans le couloir droit. Cela signifie aussi qu'André-Pierre Gignac et Jérémy Toulalan, les deux grandes déceptions individuelles du match de samedi, seront reconduits en pointe et à la récupération. Les deux hommes ont évolué dans l'équipe des titulaires, mardi, disposée comme d'habitude en 4-2-3-1.

La réaction inachevée

En infériorité numérique pendant 81 minutes (Lloris expulsé), l'équipe de France a obtenu en Serbie (1-1) un point qui va l'envoyer en barrages. Un match mené tête froide. Et haute.

L'idée d'une qualification directe pour la Coupe du monde a probablement disparu à Belgrade, mercredi, à moins que ce nul concédé à la France (1-1) soit si difficile à assumer pour la Serbie qu'elle s'effondrerait en fin de parcours. Avec quatre points de retard sur le leader dans le groupe 7 à deux journées de la fin, mais la même avance sur l'Autriche, l'équipe de France, bien aidée par les autres résultats de la soirée, a la quasi certitude de terminer deuxième et barragiste. Malgré leur bilan maigrelet de deux points en deux matches, les Bleus aborderont la suite la tête haute, après l'avoir gardée bien froide dans le volcan du Marakana.

Evoluant à dix contre onze pendant 81 minutes (Lloris expulsé pour un faute sur Zigic en position de dernier défenseur), ils ont sorti un petit trésor de réponse collective qui aurait pu mériter meilleure récompense, malgré la transversale d'Ivanovic (56e). Mandanda et ses partenaires ont eu la force, d'abord mentale, ensuite physique, de ne pas s'effondrer sous le poids du choc de la double peine (but de Milijas et perte d'un élément), d'égaliser (Henry, 50e but en sélection à la 31e), et de garder intactes toutes leurs chances de faire tourner ce sommet. Dans le feu de l'action, pas évident que les Bleus aient eu le temps de se délecter de ce stade soudain silencieux, de ce match redevenu très vite totalement équilibré, mais avec le poison du doute d'un côté, et la force intérieure de la résistance de l'autre.

Le tournant de la 9e aura permis à la sélection bleue de montrer des qualités qu'elle étouffait jusqu'ici. L'infériorité numérique eut pour vertu de l'obliger à jouer calmement, simplement, à ne pas rechercher la projection vers le but comme une urgence systématique, cette tare habituelle qui la rend si brouillonne. N'ayant ni moins de qualité technique ni moins de grinta que la Serbie, la France s'est hissée au niveau d'un match intense et prometteur. Il est un écho direct au Roumanie - France d'il y a un an (2-2). Comme à Constanta, l'équipe de Domenech s'est mise un peu seule dans de sales draps avec deux flottement défensifs. Le second, une incompréhension Gallas - Abidal, a provoqué le rouge de Lloris. Le défi consistait ensuite à garder toute sa lucidité. Abidal, averti après une escarmouche avec Jovanovic (63e), montra qu'il était dur à tenir. Au milieu, chacun a couru l'équivalent d'un marathon dans un 4-2-2-1 qui a transformé Gourcuff en milieu droit. Mais dans un match qui prit vite les allures d'un combat de boxe, avec un concours de frappes lointaines, personne n'a obtenu le KO.

la prochaine rencontre aura lieu

au stade du roudourou à Guingamp

 

HONORINE ET MARTINE

Martine la copine de grand mère sur over blog

a encore écrit un truc super sur Honorine

elle est trop forte Martine

toutes les semaines

on attend avec impatience

les histoires de Martine

nous avons lu

Martine et Paterne

Martine et Pélagie

Martine et Casimir

Martine et Lazare

Martine et Honorine

et la semaine prochaine

ce sera Martine et Crépin

vous pouvez lire les histoires de Martine

sur le site de grand-mère

mais allez lui rendre visite sur son blog

 

la grève du lait

Les producteurs de lait décideront le 10 septembre s'ils font une grève

Les producteurs laitiers vont discuter le 10 septembre du lancement d'une grève du lait européenne à la lueur des résultats de la prochaine réunion des ministres de l'Agriculture européens du 7 septembre, ont-ils annoncé mardi lors d'un point presse à Bruxelles.

"Nous attendons des ministres qu'ils discutent de nos propositions le 7 septembre, et nous organiserons une réunion extraordinaire le 10 à Paris pour faire le point", a souligné le président de la Fédération des producteurs européens de lait (EMB) Romuald Schaber. Selon l'EMB, "la politique agricole européenne en matière de lait a échoué sur toute la ligne" et "des quantités de lait doivent être retirées d'urgence du marché pour que les prix remontent", a souligné M. Schaber, flanqué de deux vaches devant le parvis du Parlement européen où la commissaire européenne à l'Agriculture Mariann Fischer Boel s'est exprimée devant les eurodéputés dans la matinée. Ses commentaires ont montré qu'elle "n'a toujours rien compris à la crise laitière et qu'elle n'a pas bougé d'un iota sur ses positions en prônant le démantèlement des quotas laitiers", a déploré l'eurodéputé vert José Bové en marge du point presse.

"Si une grève du lait est décidée, je l'accompagnerai par une grève de la faim", a précisé M. Bové, confirmant une annonce faite à la mi-juillet. Lors de sa rencontre avec les députés européens, Mme Fischer Boel a reconnu que le marché européen se trouvait dans une "situation sérieuse", tout en estimant voir "des signaux sur le marché mondial qui vont dans la bonne direction". "J'espère que ces signaux indiquent que nous avons touché le fond" de la crise laitière, a-t-elle ajouté. Selon l'EMB, le marché a besoin à terme d'une instance de régulation européenne.

"Les prix ont presque atteint le niveau d'il y a cinquante ans et la politique destructrice de l'UE doit être d'urgence modifiée pour ne plus mettre en danger l'existence des producteurs laitiers européens", a souligné M. Schaber.

Mirabelle, Joséphine,Prune,Rosalie s'inquiètent

    

donner du lait c'est normal pour elles

mais le jeter ça ne va plus

que vont devenir nos agriculteurs ?

La grève du lait se précise

 

la sainte du jour: INES

Nous savons peu de chose sur la vie de cette sainte du 17è siècle, sinon que la bienheureuse Inès Takeya fut décapitée à Nagasaki au Japon, en 1622, avec un groupe de trente autres martyrs, parmi lesquels des missionnaires jésuites et dominicains, auxquels elle avait donné asile. Elle était la veuve du Coréen Côme Takeyz, converti comme elle, à la foi chrétienne.

spacer

picto Ines

Fête : le 10 Septembre

Étymologie : Version espagnole et portugaise d'Agnès.
Inès connaît un grand succès en France depuis une vingtaine d'années alors qu'Agnès lui-même n'arrête pas de décliner. Le rapport est aujourd'hui d'un à trente-cinq en faveur d'Inès ! Ce succès est dû sans doute, en partie, aux familles d'ascendance espagnole mais aussi au bon accueil que firent les milieux BCBG à ce prénom qui évoquait dans les années 1980 un beau mannequin aristocratique, Inès de la Fressange. Les Inès possèdent leur propre sainte, Inès Takeya, une noble veuve japonaise, ainsi baptisée par les jésuites qui l'avaient convertie. En 1622, elle fut arrêtée et exécutée pour avoir hébergé clandestinement des missionnaires catholiques.

 

Les dictons à la con du jour :

 

Les ordinateurs en panne fonctionneront parfaitement quand le technicien arrivera.

 

Être dur de la feuille n'empêche pas pour autant

d'être mou de la branche et réciproquement.

 

Mange un crapaud vivant en te levant le matin

et rien de pire ne t'arrivera de la journée.

  j'ai pas encore trouvé le crapaud !!!!!!!!!!!!!!!!!!

 ce matin il y a du vent

 

fait pas chaud

quelques photos du potager de tad coz 

il y a un peu de tout

mais en petite quantité 

un vrai jardin de retaité tranquille

  juste ce qu'il faut !!!!

 

 à demain

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau