suite du mercredi.....

   aujourd'hui on fête les Charles

Saint Charles:

Fils cadet d'une noble famille italienne, il avait tout pour se laisser entraîner dans une vie facile et fastueuse.
Neveu d'un pape, nommé cardinal à 22 ans, il est submergé de charges honorifiques très lucratives : son revenu annuel était de 52.000 écus
(*). Il reçoit les revenus du diocèse de Milan, des abbayes de Mozzo, Folina, Nonatella, Colle et de quelques autres légations : Bologne, Spolète, Ravenne, etc ...

Il reste laïc, grand amateur de chasse et de musique de chambre.
Mais la conscience de son devoir est telle qu'il s'impose dans la vie mondaine et brillante de Rome, par sa rigueur et son travail. Il collabore efficacement à la reprise du Concile de Trente, interrompu depuis huit ans. Au moment de la mort subite de son frère aîné, alors qu'il pourrait quitter l'Église pour la charge de chef d'une grande famille, il demande à devenir prêtre.
Désormais il accomplit par vocation ce qu'il réalisait par devoir. Devenu archevêque de Milan, il crée des séminaires pour la formation des prêtres. Il prend soin des pauvres alors qu'il vit lui-même pauvrement. Il soigne lui-même les pestiférés quand la peste ravage Milan en 1576. Il demande à tous les religieux de se convertir en infirmiers. Les années passent. Malgré le poids des années, il n'arrête pas de se donner jusqu'à l'épuisement.
"Pour éclairer, la chandelle doit se consumer, " dit-il à ceux qui lui prêchent le repos.
(*) Un internaute nous signale: "si on se rapporte à l'écu de François Ier (environ même époque ), il pesait environ 3 grammes; les 52 000 écus du revenu de Charles ne devaient donc pas de beaucoup dépasser les 150 000 grammes d'or fin soit 150 kg"
Nommé par son oncle, le pape Pie IV, cardinal et archevêque de Milan, il se montra sur ce siège un vrai pasteur, attentif aux besoins de l’Église de son temps. Pour la formation de son clergé, il réunit des synodes et fonda des séminaires ; pour favoriser la vie chrétienne, il visita plusieurs fois tout son troupeau et les diocèses suffragants et prit beaucoup de dispositions  pour le salut des âmes. Il s’en alla la veille de ce jour à la patrie du ciel, en 1584.

et comme maintenant c'est une institution le prénom du mercredi

que dit on des Venceslas:Saint Venceslas Ier de Bohême (Václav en tchèque ; prénom parfois transcrit en Venceslav ou Wenceslas), né aux alentours de l'année 907 à Stochov près de Libušín et mort le 28 septembre de l'année 929[1] ou de l'année 935, fut un souverain tchèque. Il est le saint patron de la République Tchèque, où il est célebré les 28 septembre

 

Fils du prince Vratislav Ier de Bohême et de son épouse Drahomira. Il aurait été baptisé par un prêtre slave disciple de l'apôtre Méthode. Après une enfance très chrétienne, notamment sous l'influence de sa grand-mère Ludmila, il est envoyé à l'école de l'église Saint-Pierre à Budeč où l'on enseignait le latin. À la mort accidentelle de son père en 921, Drahomira prend le pouvoir et voit d'un mauvais œil l'appartenance religieuse du jeune Vaclav. Il doit se réfugier chez sa grand-mère, sainte Ludmila de Bohême qui est étranglée le 15 septembre 921 sur ordre de sa belle-fille Drahomira. Le chaos règne au duché de Bohême et le duc Arnulf de Bavière en profite pour envahir le pays au printemps 922. Venceslas accède au trône deux ans plus tard. Henri Ier l'Oiseleur menace alors d'envahir la Bohême mais Venceslav lui propose de signer un pacte de non-agression et achète cette paix pour 129 bœufs et 500 talents d'argent par an, chose tout à fait inhabituelle à l'époque : Venceslav préfère la paix à la guerre. Beaucoup de compagnons du souverain, y compris Boleslav son propre frère, acceptent mal ce procédé.

Venceslav transforme la société tchèque dans les domaines religieux et institutionnels : il modifie le système judiciaire en réduisant le recours à la peine capitale ou à la torture. Il entreprend également la construction de la cathédrale Saint-Guy de Prague.

Boleslav, avide de pouvoir et aidé par plusieurs seigneurs, conspire contre son propre frère en l'attirant à la fête des patrons de l'église Saints-Côme-et-Damien de la ville de Stará Boleslav, non loin de Prague. Sans arme, Venceslav est attaqué par son frère et d'autres conspirateurs, il meurt devant la porte de l'église.

Trois ans plus tard, Boleslav Ier de Bohême repentant fait transporter la dépouille de son frère à l'intérieur de la cathédrale Saint-Guy de Prague[3].

L'Église le fête le 28 septembre comme martyr.


Voilà pour les saints une petite histoire drôle sur le sein

Couple de petits vieux


C'est l'histoire d'un couple de petits vieux en train de petit-déjeuner, un matin d'été dans leur véranda.
Ils sont torse nu.

la vieille dont les seins pendent jusqu'au nombril, dit à son homme
- Quand je te vois là torse nu, ça me fait chaud au cœur.
- C'est normal, lui répond le vieux, ton sein gauche trempe dans ton cacao.

Après cet intermède racontons mercredi:

pour commencer mettre Venceslas en poème

pour Bigornette

rude affaire

pas beaucoup d'imagination

je cherche depuis plusieurs jours

et voilà ce matin

le bouton sur le nez du bidasse

après marche avec Marie Thé sans pluie

trop fortes les filles

faire un peu de ménage

et cuisiner les cuisses de canard

c'était bon ma foi

un peu d'ordi cet après midi

et ensuite il faut réparer la clôture pour Andy car Andy il arrive à la barrière ,

il passe en-dessous le fil le coquin!!!

je voudrais aussi faire un coucou

à Hélène et Jean Yves

alors comment ça va les amoureux

unis par les varices

coucou aussi à Claude et Claudine

et vous Alain et Nicole

les informaticiens de la rue de la gare

ça marche internet!!!!

bonjour à Gérard et Catherine

un salut amical à Yannick et Alice

regardes bien Yannick elle a écrit un poème Amtealty!!!

coucou et gros bisous à tous les autres......

BON JE VOUS LAISSE

pour gagner mon repas du soir il me faut travailler un peu.......

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau