la petite culotte

La petite culotte...

Un père volage et volatile

Une mère plus que docile

Soumise à sa bourse, à sa loi

(Tel était autrefois)

Au foyer chérissait sa paire de gamines

Au point que tu n'imagines

Petite culotte sur la cheminée

Les aubes d'hiver enneigées

L'arrière-train au chaud

Amour maternel des plus hauts

Sommet de la tendresse

Pour nos jeunes fesses

Après quoi

Ma sœur aînée et moi

Allions à l'école non buissonnière

Vaquer à nos devoirs d'écolières

Mais un froid matin de février

M'asseyant au banc jupette relevée

Je m'aperçus avec effroi

Que de culotte je ne portais pas

Mal à l'aise dans mes hormones féminines

Le feu me monta à la mine

Bien que la chose fut invisible

On s'imagine être la cible

Du moindre regard qui sur vous se balade

Elève ou maîtresse à l'estrade

Sur l'heure de la cloche de midi

Ma mère en foulard et bigoudis

Ma blanche culotte à la main... cauchemar

Agitée telle un drapeau de hussard

M'offrit le déshonneur de mes sept printemps

Devant mes camarades gloussant

Je dus enfiler l'objet de ma honte

Le rouge écarlate qui monte

Monte, monte jusqu'aux oreilles

Inconfortable masque vermeil

Qui ne me quitta de la journée

Moi Mado Na je n'ai jamais oublié...

Jill Bill

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau