quoique

Pour le jeudi en poésie

de cette semaine

je voulais mettre à l'honneur

une poétesse de ma région

« une petite grandmère »

disparue maintenant

qui écrivait de si jolies choses

comme cette semaine

était celle de la femme

je l'ai choisie « elle » ma petite « grandmère »

elle n'était point ma grandmère

mais j'aime à l'appeler ainsi

 

Quoique

 

je n'ai pas inventé

le ciel de Saintonge

ni le jour qui rallonge

ni les roses de juin

je n'ai pas inventé

la rue de la presqu'île

ni le rire d'Odile

ni le bleu du matin

je n'ai pas inventé

ni ce bois de bouleaux

ni tous ces ronds dans l'eau

le nuage qui passe

je n'ai pas inventé

les parfums de la nuit

ni le marché aux fruits

ni le pas qui s'efface

je n'ai pas inventé le soleil sur la mer

ni les champs de blé vert

ni le jeu des reflets

je n'ai pas inventé ni la chanson du vent

ni les chagrins d'enfants

la Valse des regrets

je n'ai pas inventé la grâce de ma Mère

les yeux bleus de mon Père

ni les neiges d'antan

 

je n'ai pas inventé ni le premier je t'aime

ni le grand amour même

et pourtant

et pourtant...

 

Yvonne Francine Le Masson

 

ce poème est tiré du recueil

Kerflézour

publié aux éditions La Bruyère

de cette édition

il a été tiré 30 exemplaires

numérotés de 1 à 30

dépôt légal 2e trimestre 1996

 

 

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×