Bicyclette et mercurochrome

Bicyclette et mercurochrome

 

Après mes premiers pas

Mes premiers coups de pédales s'en suivirent

Tricycle rouge d'un cousin, selle en bois

Cher objet de bien des plaisirs

Abandonné au cadet haut comme trois pommes

En âge de pédaler lui aussi...

A la Saint-Nicolas soixante le vieux bonhomme

Me rapporta cette fameuse nuit

Une neuve bicyclette bleue

L'heure de l'équilibre et son dur apprentissage

Avait sonné le temps d'autres bleus

O pleurs O rage

Mercurochrome et sparadrap pour menton écorché

Il m'en coûta le difficile exercice

Rouler seule au vent de la liberté

Se paie de quelques cicatrices...

Les chemins de terre battue

A travers la campagne de mon enfance

Après l'école m'ont vu

Pédaler de toute mon insouciance,

J'eus droit au pavé de la ville

Après des recommandations généreuses

J'allais alors disputer aux automobiles

Un peu de la rue, plus dangereuse !

Chemin faisant, quelques hormones plus tard

Il y eut l'achat du «grand» modèle

Un « mini-vélo pliable », révolution dans l'histoire

Du cycle qui su plaire aux demoiselles...

Et puis le jour de mes dix-sept ans

Coup de cœur pour une mobylette

Rouge comme le trois roues de la jeune enfant

Que je n'étais plus assurément... Autre temps, autre conquête...

Jill Bill

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site