certains soirs

Certains soirs

 

Certains soirs

Seule au milieu du noir

J'ai peur

J'ai si peur

De mourir

Comme l'aïeule Palmyre

Que j'ai vu morte

Derrière la porte

Une nuit ébène de décembre

Pâle et inerte à la chambre

Elle avait cessé de vivre

Raide comme sait figer le givre

Par grand froid...

Depuis cet instant là

Certains soirs

Seule au milieu du noir

J'ai peur

J'ai si peur

Des nocturnes sans lune

Aucune

Lorsque revient décembre

Je tremble de tous mes membres

La mort cette ombre

Parmi les ombres

Rôde sans être vue

Et au hasard crois-je tue,

J'ose à peine respirer

J'ose à peine penser

Mon corps

Encore

Tout entier à la crédule enfance

Se retire en silence

Au plus profond du lit, lèvres pincées

La prunelle roulant dans son orbite... à écouter !

Jill Bill

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site