face au miroir

Face au miroir

 

 

De la femme l’ennemi

C’est sans nul doute son miroir,

Il lui renvoie en pleine figure

L’outrage des années consommées

Sans aucun quiproquo…

Alors à coups de fard bis

Elle maquille les cernes du désespoir

Qui font d’elle un fruit trop mûr

Un horrible naufrage à sa beauté

Jadis douce comme peau d’abricot

 

 

De la femme l’ennemi

C’est sans nul doute son miroir

Jeune il est son allié

Vieille son crève-cœur

Les morsures du temps

Sont sans accalmie

Et croit-elle aussi sans gloire

Alors elle se retient de tomber

Entre les mains des raccommodeurs

Faiseurs de faux printemps...

Jill Bill

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau