ma première fois en talons hauts

Pour le dernier défi d'Hélène

« Ma première fois en talons hauts »

Echange de talons

Duo Hélène-jill bill

 

J'ai piqué les talons aiguilles

De mon amie Hélène

(Fallait fermer ton blog à clé

Eh eh

Je sais j'suis d'un sang sans gêne...)

 

Elle m'a piqué mes talons aiguilles

Ma drôle d'amie jill bill...

Pas besoin de fermer ma porte

Pour qu'elle se serve, le Diable m'emporte !

Eh eh

C'est un vrai passe-muraille

Elle pourrait me mettre sur la paille !

Elle qui débarque sans bruit

Elle veut, au milieu de la nuit

A pas de loup, mais non sans but:

Dérober de ma féminité les attributs !

 

Délaissant mes plates espadrilles

Pour cette belle paire d'échasses

De chez un chausseur de renom

Qui porte en haute estime la gambette

D'Eve et sa charmante silhouette

Crénom!

Avec lui c'est le pied, la classe !

Je chausse un p'tit 37

Miss Hélène... du 42

(Chut ! Ne lui dites pas que je vous l'ai dit)

Sa préférence va au 15 cm... et demi !

 

Et pour quoi faire ? Je vous le donne en mille :

Laissez chez moi ses espadrilles...

(Du 37 ? C'est ridicule !

Aurait-elle donc le peton minuscule ?)

Moi pour les bottes de l'Ogre endosser,

J'exhibe avec fierté mon 42 osé !

... Mes talons compensés de chez Tati...

C'est pas vraiment la class'

Pour y acheter ses godasses

Moi mon portefeuille est toujours aplati...

(Chut, taisez-vous, je ne veux point qu'elle se doute

De l'état de mes finances

Elle en ferait un maladie, sans doute

Car elle veut à tout prix que dans la faïence

Je sois née. Avec la cuillère d'argent dans la bouche...)

Pour le 15 cm et demi, il me faut avouer qu'elle fait mouche !

 

Diantre ! Que j'ai le mal de mer... Premier aveu

Second, pas très sexy avec mes cho7...

J'ai la démarche d'un flamant rose

Qui aurait marcher sur un oursin

Mes chevilles se déboîtent

L'une après l'autre et je boîte

Incapable de gérer un cohérent maintien

 

Je dois vous dire qu'elle me mène en bateau

Même si elle doit y cracher ses boyaux...

Second aveu ? Mais elle nous parle d'elle !

Les cho7 aux pieds, évidemment, ça l'fait pas

Un flamant rose n'a jamais appris à ouvrir ses ailes:

Même avec de l'entraînement, n'est-ce-pas,

Ses chevilles se déboîtent

Elle en a les pieds poites !

 

Le long de ce trottoir qui me dévisage comme une chose...

Vous savez bien...Une fille de joie

Mais comment diable fait Hélène

Pour apprivoiser féminité et grâce

Dans cette paire d'échasses...

 

Transportée, ainsi chaussée, au Bois de Boulogne

Elle crut m'y retrouver: C'est parce qu'elle est borgne !

Car tandis qu'elle faisait le trottoir

Avec mes espadrilles, moi, j'étais au boudoir

Et ses tatanes aux pieds, je déclenchais l'hilarité générale !

On ne peut le nier, fille de gaieté je suis, et en plein bal,

Je perdis, à minuit, sa sandale...

 

Qu'entends-je ? Un ricanement de hyène....

Basile ! Hum, cesse ou je te fais la peau ma foi

Des pompes en croco

J'en rêve comme tous les mafiosos !

 

Le prince, dégoûté, avec ses pompes en croco

S'enfuit au diable Vauvert. Y resta.

Oh jill, rends-moi mes talons hauts !

Je ne puis décemment porter plus longtemps

Tes espadrilles, car elles auraient ma peau !

Reprends ton bien,

Et moi le mien.

A chacune sa féminité,

Ici l'histoire est terminée...

 

Miss H et JB

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire