le mercredi je délire...........

Le mercredi je délire:

est- ce la faute de Bigornette

où bien est ce l'air de Squiffiec

je ne sais pas.

vous vous savez!

je suis malade mais ça ne ce soigne pas !! tant pis !!!

 

Prudence et mes souvenirs d'enfance

 

Notre petit village était composé de trois maisons .

Il y avait la nôtre avec mes parents, mes frères et ma petite sœur.

Il y avait la maison de « tante » Élisa et Fernand et celle de « Tantante » Prudence

Pour nous, la maison de « tante » Élisa et de Fernand était la maison du bonheur .

Nous étions les petits enfants qu'ils n'avaient pas.

Ils étaient arrivés au village après avoir travaillé en région parisienne .

Fernand avait fait carrière dans les chemins de fer.

La maison de « tante Élisa » et de Fernand était très coquette.

Une maison bourgeoise avec un très grand confort.

Pour nous cela ressemblait à un petit château;

Il y a avait toujours des friandises pour nous les enfants .

Et il y avait la maison de « tantante » .

Une vieille maison sans confort , sans aucune coquetterie.

« Tantante » était une vieille fille, légèrement aigrie.

Elle était laveuse et allait de maison en maison travailler .

Le contraste entre les deux « tantes » était énorme .

Je ne sais pas pourquoi nous les appelions toutes les deux tantes mais c'était ainsi .

Il y avait un peu de rivalité entre elles pour que nous soyons plus proche de l'une ou de l'autre mais notre cœur d'enfants gâtés se tournaient vers « tante » Élisa.

Pourtant « Tantante » n'était pas une méchante femme ,bien au contraire

à sa manière, elle nous aimait elle aussi . Voilà la Prudence de mon enfance .

Amtealty Bougnen

 

cette semaine Bigornette voulait de la Prudence

c'est donc avec impudence

que j'ai écrit deux texte sur

PRUDENCE

il y a celui ci qui parle de « ma tantante »

et puis il y a mes délires du mercredi

voilà

Prudence

La dernière correspondance

de mère Prudence

mère supérieure à la Providence

avec sœur Constance

fut une vraie confidence

« Malgré son impudence,

sa nomination à la présidence

de l'usine biocadence

reste une évidence »

Ainsi parlait mère Prudence

de sœur Clémence

« Ce n'est pas par pure coïncidence

que sœur Clémence

va quitter notre résidence.

Elle va aller servir le cardinal Fulgence.

Moi je n'ai plus la cadence.

Et ce vieux bougre de Fulgence

ne supporte plus ma pharmacodépendance.

En fait il faut savoir que le cardinal Fulgence

aime par-dessous tout la danse.

Je dirais même qu'il adore la socadance ,

et moi , mère Prudence,

c'est pas de chance ,

mais je n'ai plus la cadence.

Alors monseigneur Fulgence

préfère prendre la jeunette Clémence

pour assouvir sa décadence .

Je n'aurais même pas la vice présidence.

Rien pas la moindre bienveillance

de la part de Fulgence.

Il me jette ,me balance

sans la moindre reconnaissance.

J'aurais du l'aimer avec plus de prudence

ce vieux cardinal sans tolérance. »

 

AMTEALTY BOUGNEN

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau