non je n'ai pas disparue

Coucou

me revoilà

non je ne vous oublie pas

mais voilà je m'éparpille un peu partout

et du coup la journée passe vite!!!

tout d'abord

bon dimanche à tous

ici le soleil brille

je ne sais pas si ça durer mais cela fait du bien de le voir

j'ai du coup plusieurs chose à vous raconter je commence par quoi?

Allez c'est parti pour les Albert

c'est leur fête

je repense à mon père qui disait

je ne sais pas si il va durer longtemps Albert mais t'as vu à quelle allure il marche

et longtemps après la mort de mon père il marchait encore le Albert

et puis il y avait un autre Albert

celui était boucher de campagne

il aimait bien son petit coup

et il valait mieux ne pas le rencontrer

sur la route le soir sinon!!

tu pouvais ne pas rentrer chez toi

mais rentrer dans Albert

c'était presque certain

il y a eu plusieurs fois

ou on l'a échappée belle

à sa mort il a encore fait parler de lui

un cadeau de tous ses biens à la mairie

oui mais il y avait une close

il était communiste et il voulait …......

il y a aussi Albert et son auto école

et qui est devenu

le célèbre « Bébert »

quand je fais le compte j'en ai connu des Albert.

bien sur que vous vous pensez à

Albert de Monaco

« bon fête mon bon prince »

sinon que dit monsieur le curé

des Albert :

Saint Albert le Grand

Albert le Grand naquit (entre 1193 et 1206) à Lauingen, dans la partie Souabe du diocèse d'Augsbourg, d’un officier de la cour qui avait une haute charge dans l'administration de la cité. Etudiant à Bologne où l’avait emmené un de ses oncles, il fut séduit par le bienheureux Jourdain de Saxe 1 (second maître général des Prêcheurs) et entra chez des Dominicains, bien que son oncle et ses condisciples essayassent de l’en dissuader, avant que son père organisât une tentative d'enlèvement qui échoua.

Sans doute fit-il ses études chez les Prêcheurs de Cologne où, en 1228, il était lecteur, ou professeur, s'efforçant d'adapter à la pensée chrétienne les théories d'Aristote qui avait pour grands interprètes les Arabes Avicenne et Averroës ; il cherchait aussi à utiliser la spéculation juive représentée par Moïse Maïmonide. Il enseigna à Hildesheim, à Fribourg-en Brisgau, puis à Ratisbonne, et enfin à Strasbourg.

En 1244, nommé à Paris pour gagner son doctorat de théologie et régenter une des deux écoles du couvent Saint-Jacques, incorporées à l'Université, il expliquait les Sentences de Pierre Lombard et commençait la vaste encyclopédie scientifique qui lui valut la célébrité. En 1248, il fut chargé de gouverner le studium generale de Cologne. En 1252, il intervint pour la cité contre l'oppression féodale de l'archevêque Conrad de Hochstaden2. A plusieurs reprises, jusqu'en 1272, on lui demanda d'arbitrer des conflits entre la ville et ses évêques.  Le chapitre provincial d'Allemagne l’élut provincial de Teutonie, de 1254 à 1257, veillant contre une ascèse indiscrète, nuisible aux bonnes études, et contre des glissements vers une vie trop commode.

En 1256, il entra en lice dans le combat entre les séculiers de l'Université et les ordres mendiants ; les premiers trouvaient que les nouveaux venus leur faisaient dans les chaires doctorales une concurrence déloyale, et qu'on ne pouvait concilier étude et pauvreté. Le saint dominicain Albert et le saint franciscain Bonaventure défendirent leur ordre devant le pape Alexandre IV qui condamna le champion des séculiers, Guillaume de Saint-Amour3 (5 octobre 1256). Pour la Curie romaine, Albert commenta saint Jean et discuta l'averroïsme, persuadé qu'il fallait combattre par la philosophie les erreurs philosophiques du penseur arabe.

Rentré à Cologne en 1257, il fut relevé de sa charge de provincial par le chapitre général de Florence et reprit son enseignement. Au printemps 1259, au chapitre général de Valenciennes, avec Thomas d'Aquin et Pierre de Tarentaise (futur Innocent V),  il élabora un important règlement pour les études dans l'Ordre. Appelé à Rome, malgré le maître général Humbert de Romans, Albert dut accepter l'évêché de Ratisbonne (5 janvier 1260) où il fallut s'ingénier à payer des dettes  et réorganiser les finances épiscopales, tout en combattant les mauvaises mœurs. Le peuple, habitué à un prélat fastueux, accueillit mal Albert qu’il surnomma Godasse. Albert, dès qu'il eut quelqu'un capable de le remplacer, s'empressa d'aller résigner son évêché. En mai 1262, son successeur était nommé, et Urbain IV lui demanda de prêcher la croisade dans les pays de langue allemande (1263), ce qu'il fit sans grand effet, malgré les vingt-cinq bulles pontificales venues à sa rescousse. Albert mettait au point une autre croisade plus efficace, où il faisait marcher Aristote pour prendre à revers les théoriciens juifs et arabes. Urbain IV interdit l'enseignement d'Aristote, mais fit réunir les meilleures têtes dominicaines pour se concerter sur son utilisation. Sa mort, en octobre 1264, amenait la fin de la mission d'Albert pour la croisade. En février 1264, celui-ci avait joué un rôle pacificateur à Würtzbourg.

Le maître général Jean de Verceil, songea à envoyer Albert à Paris, en pleine crise averroïste, mais il fut nommé à Cologne où il réussit à faire lever l'interdit jeté par le légat de Clément IV (1270-1274). Il voyageait pour rendre des services liturgiques, consacrant des églises ou des autels et ordonnant des clercs. Au concile de Lyon, il prononça un discours en faveur de Rodolphe I° de Habsbourg. En mars 1277, l'évêque de Paris ayant condamné 119 thèses péripatéticiennes, dont plusieurs étaient également thomistes, Albert qui venait de compiler son dernier ouvrage, une Summa theologica, se rendit, semble-t-il, à Paris, pour défendre les vues de son cher Frère Thomas d’Aquin.

Il mourut le 15 novembre 1280, assis, entouré de ses frères. Il avait légué ses livres et ses ornements aux Dominicains de Cologne. Il fut enterré dans leur église, dont il pressait l'achèvement. Innocent VIII permit aux prêcheurs de Cologne et de Ratisbonne un office en l'honneur du bienheureux Albert, confesseur pontife (1484) ; après qu'il fut béatifié par Grégoire XV (15 septembre 1622), obtenaient cette faveur la ville de Lauingen en 1631, puis tous les couvents dominicains de l'Empire (1635), ceux des pays vénitiens (1664), ceux de l'Ordre entier (1670), l'archidiocèse de Cologne (1856) où la fête fut promue au rite double en 1870.

 

on en assez dit sur les Albert

le dimanche j'écris pour Bruno

Voici
les

"Mots de Tête"
n°11



"Objet personnifié"

 Choisissez un objet
et dotez-le de toutes
les qualités humaines
(actions, pensées, sentiments)

voilà ce que j'ai écrit c'est plus drôle que la semaine dernière

 

Gertrude Pour Simplifier


Oh !Gertrude si tu savais

toutes les fois où je t'ai haïs.

J 'ai voulu que tu viennes dans notre vie .

Oh ! Gertrude si tu savais,

combien au début je croyais ,

que tu allais me simplifier la vie.

Je commence à devenir presbyte .

Ah ! Ah! Ça te fait marrer!

Et bien non ! Ça ne s'écrit pas en deux mot .

Passons sur cette blague à la con .

Je vous disais donc,

que je vois de moins en moins bien .

Alors je décide avec les filles,

et oui les filles sont complices ,

de m'octroyer les services de Gertrude .

Elle doit me remplacer pour donner la direction

et les chemins à prendre quand nous sortons.

Bon c'est vrai je suis d'accord;

Oh ! Gertrude tu le sais!

Nous n'allons jamais bien loin .

Mais toi, Gertrude tu le sais,

il y a toujours moyen de se tromper de rue .

Oh ! Gertrude , tu dois me remplacer auprès de Gérard .

Je pense que je vais pouvoir me reposer.

C'est sans compter sur ta ténacité Gertrude .

Top départ et Gertrude commence

avec une voix plutôt suave:

signal G.P.S trop faible

Gertrude enchaîne : recalcule de l'itinéraire.

Bon nous partons.

En même temps, nous n'allons qu'à Guingamp .

Ça fait quand même 33 ans

qu'on habite à 10 km de Guingamp .

Gertrude tu t'en fous.

Tu veux être celle qui donne la route .

Alors tu continues : tournez à droite,

puis à 200m tournez à droite ,

tournez à droite .

Oh ! Gertrude qui se tait.

Tu ne dit pas à Gérard de s'arrêter au stop.

Dis donc Gertrude tu pourrais le lui dire .

Surtout qu'à ce stop on n'y voit rien .

Gérard compte sur moi

pour lui dire si il y a une voiture .

Moi je comptais sur toi ma Gertrude.

Tu es là pour m'aider où quoi .

C'est pas grave.

On continue .

Tiens Gertrude a envie de parler .

Elle dit à Gérard qu'il va trop vite

en ces termes :vous dépassez la limite de vitesse autorisée .

Je ne sais pas où t' as vu que c'était limité à 50 km / heure.

Car là? foi d'Yvonne? c'est 90 km/heure .

Ça va mignonne, regardes un peu tes panneaux.

j'ai le droit à 90km/heure

Oh ! Gertrude si tu crois que Gérard va se laisser faire .

Tu te trompes ma belle .

oh Gertrude tu nous emmènes où là ?

C'est un chemin de terre .

Dis donc c'est une voiture que j'ai,

pas un char .

Elle m'énerve .

Ça doit être une blonde ,

ta gonzesse .

Gertrude s'en contrefout

et continue :recalcule de l'itinéraire .

Et bien vas y recalcule le ton itinéraire .

Dans 3 km tourner à droite

Ça va je connais la route !!

Dans 500m tournez à droite .

Tournez à droite .

Et patate t'as pas vu la voiture qui venait de gauche .

C'est un céder le passage,

tu veux ma mort ou quoi ?

Dis donc ta copine elle est nulle.

Imperturbable Gertrude continue.

Vous dépasser la limite de vitesse autorisée .

Remarques t'es sûr de ne pas te faire piéger à la Poterie.

Vous dépasser la limite de vitesse autorisée .

Tu nous fais c....

Dans trois km prenez la quatrième sortie du rond point.

Dans 500 m prenez la quatrième sortie du rond point .

Prenez la quatrième sortie du rond point .

Vous dépassée la vitesse autorisée .

Oh ! Gertrude je vais te casser …..

mais d'où elle sort cette bêtasse .

C'est 9o km/heure .

Ouais mais bon , si elle ne le sait pas .

Elle n'a qu'à le savoir, elle n'est pas si vieille que ça quand même .

Tu ne vas pas continuer longtemps à parler toi la Gertrude .

Coupe lui le son à cette morveuse.

Eh quoi ?

Vous êtes arriver à destination .

Ça va on sait où on va .

On sait bien qu'on est arrivé .

Elle nous prend pour des débiles ta meuf .

C'est pas la peine de faire ta maline.

Tu peux être sur qu'au retour,

tu vas te taire ma cocotte !!

C'était un aller Squiffiec Guingamp avec le G.P.S en route

le G.P.S que j'appelle Gertrude

 j'ai oublié de vous dire que le G.PS de Gérard c'est un takara

 ouais j'ai pas pris un tom tom

j'ai préféré un takara

 pourquoi ?

 parce qu' il me dit:

t'as qu'à râler !!!!!!

Amtealty Bougnen

 

hier il y avait tempête sur la Bretagne

donc je veux voir

nous sommes aller jusqu'à Plouha

bof ça ne souffle pas tant que ça

voici quelques photos

  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau